Aller au contenu

Rhapsodie du passé

Rhapsody du passé
Par un "je t’aime" non planifier
On s’est embrouillé
Avec ta feinte rusée
Oui je suis tombée
 
Je te croyais ami
Oh quel ami!
Je me croyais plus forte qu’un sabre
Et pas du tout vulnérable 
 
Je voulais faire bien
Avoir des amis, des frères, eh bien!
Je ne peux m’en prendre qu’à moi-même
Car je me suis lancée sans craindre
 
Je me déteste d’être tombé si bas
Je me hais d’être si lasse
Toi l’intouchable
Protégé par les barrières de la hiérarchie 
 
Qui pourrait te reprocher
Qu’est-ce qui me reste à décider
Qu’est-ce qui atteste mes arguments
Que faire ? Je commence à perdre la raison
 
J’y pense encore et encore
J’y réfléchi tellement je ne dors 
Préoccupée et angoissée
Peut-être suis-je déjà jugée et même condamnée
 
Mon père me dit rétrograder
Ma mère a perdu l’envie de m’embrasser
Tellement pullule la déception 
de mes incapacités
 
Et toi mon cher bien aimé
Qu’est-ce que la trahison?
Qu’est-ce que la vérité sans raison?
Te laisser gérer, puis
Délaissée au profit d’une âme sans acuité
Morale avec raison erronée
 
J’aurai tant aimé te détester 
Mais je me hais encore plus moi de t’avoir
Donner une faille par laquelle tu t’es glissé
Pour entré dans notre univers à nous
 
Tu as pris ma raison
m’as tourné en dérision
m’as entaché de mensonges 
Maintenant je me dévoile à vous 
 
Par ces mots sans empreint je vous donne
Aujourd’hui une identité cachée
Une  personne tant aimée et aimer encore
La seule amitié qui m’a révélé le plus horrible des sentiers 
 
De  la vie en Dieu 
Je t’aime toujours autant mon ami
Dans la paix en Dieu 
J’ai fait des erreurs sans cris
Je ne nous condamne pas, je te pardonne
 
Un jour encore amis
Pourquoi pas aujourd’hui
Dorénavant je te laisse Toi choisir pour moi
Et même mon seul amour ici pourquoi pas
Si vous avez aimé l'article, vous pouvez le partager! :)

Laisser un commentaire